RÉSIDENCE DE COMPAGNIES REGIONALES

SPECTACLES, TABLES RONDES...

18 AVRIL AU 14 MAI 2016

SORTIES DE RÉSIDENCE

PROGRAMMATION EN COURS

Visuel_Place_aux_Cies.jpg

Un projet proposé et porté par La Distillerie

Les trois structures aubagnaises, dans un échange et une réflexion autour de la création théâtrale, de la production et de la diffusion dans le secteur du spectacle vivant, souhaitent aujourd’hui identifier et partager de manière plus visible cette réflexion au sein d’un événement ambitieux, et qu’il devienne en se pérennisant, un point de repère fort et un rendez-vous annuel reconnu sur le territoire local et régional.

Ce projet est à la fois le résultat d’une expérience de travail de plus de dix ans et d’un dialogue permanent entre les trois structures. Nous continuons ainsi la réflexion que nous avons depuis tout ce temps sur un dispositif singulier entre la création et la diffusion. Nous mettons des moyens en commun pour aller plus loin encore afin de répondre à l’attente des compagnies de théâtre tout en permettant, à La Distillerie, de trouver une dimension et des moyens nouveaux pour conforter sa mission.

L’objectif est de soutenir et accompagner les compagnies professionnelles de théâtre et du spectacle vivant dans leur démarche de création et de diffusion.

Donner du sens et du contenu au rapprochement des Scènes d’Aubagne.

Être plus performant dans le domaine de l’accompagnement de l’aide et de la diffusion du théâtre et de la création régionale, de son ouverture vers tous les publics.

Donner une autre dimension au projet de la Distillerie comme lieu de création théâtrale en lui permettant d’acquérir une plus grande reconnaissance.

Jouer pleinement, en ce qui concerne le Théâtre Comœdia et la mjc-L’Escale, son rôle d’accueil de la création théâtrale et musicale régionale en particulier.

Faciliter les croisements entre toutes les pratiques artistiques du spectacle vivant.

 

Résidences programmées

> A La distillerie

Durant cette période, l’espace de création de La Distillerie est entièrement voué à l’événement.

Le Théâtre de Ajmer – Marseille

Algéria

RÉSIDENCE DE CRÉATION DU 9 AU 15 MAI

PRÉSENTATION DE TRAVAIL > 13 et 14 MAI À 20H00

Alge_ria_2.jpgcom_algeria.jpg

ALGERIA, UNE SUITE D'INCANTATIONS PARCE QUE RIEN D'AUTRE NE MARCHE - Lecture

Auteur : Kathy Acker

Metteur en scène : Franck Dimech

Avec : Anne-Claude Goustiaux et Franck Dimech

Collaboration artistique : Christophe Chave

Projet « Les Foules du Dedans » :

« Qu’ils crèvent les artistes », disait Tadeusz Kantor, lui qui revenait de sa cave polonaise où, avec quelques complices, il avait fourbi ses armes de pensée.
Puisqu’il n’est plus permis à la plupart d’entres-nous, compagnies indépendantes, de fabriquer des formes fondées sur le nombre, puisque le théâtre croule sous le diktat des images et, disons le, de la bienséance, puisque l’économie vient grever toute espérance sociale, puisqu’il nous faut encore survivre dans ce morne paysage où ne sont pas nés que des curieux, où les altérités sont compromises, alors, revenons en au début, mais d’un début dont déjà on ferait table rase : redescendre dans la cave, y gagner, avec quelques uns –ceux qui restent-, le dernier trou qui n’est pas glorieux, là où peut-être, encore, nous pourrons interroger notre désir de théâtre, lui redonner un sens, moins nu mais plus pauvre, plus grave, plus nécessaire encore.

Je voudrais fabriquer du théâtre avec des solitudes, et qu’elles soient exemplaires.
Il y aura trois actrices dont j’admire l’exigence : Anne Claude Goustiaux, Peggy Péneau et Jung-Shih Chou. Nous fabriquerons un solo pour chacune d’entre-elle, à partir de matériaux à priori opposés les uns aux autres : une auteure américaine shootée à Burroughs, au Marquis de Sade, à Jean Genet et à sa propre rage ; un montage de textes de Sylvie Joly, Zouc et Pierre Desproges ; un monologue que j’écrirai à partir d’une enquête croisée menée à Aubervilliers et à Marseille auprès de femmes appartenant à la communauté chinoise.
Chacun des solos sera répété et créé dans un lieu différent, entre mai 2016 et mai 2017 : à la Distillerie à Aubagne, au Théâtre de Lenche et au Théâtre de la Joliette à Marseille, puis au Théâtre de la Commune à Aubervilliers. Chacune de ces formes pourra être exploitée indépendamment l’une de l’autre. Toutefois, en dernier lieu, je voudrais pouvoir inventer une grande forme intitulée « Les Foules du Dedans » qui rassemblerait ces trois présences.

* SOLO 1, Anne Claude Goustiaux / « ALGÉRIA » de Kathy Acker : Il s’agit d’un texte corrosif, cru, shadokien. Tout commence comme un poème tragique de Sylvia Plath, et tout cesse à l’acmé d’une pièce de Copi. Il ne s’agit pas d’une pièce, mais d’une sorte de reportage sur la douleur, un récit écrit en forme de cauchemar où, la vie glauque et chaotique d’une jeune femme dans le New York des années 80 côtoie les figures de la révolution algérienne, les sacrifiés du massacre de Sétif, les torturés, les suicidés, ce peuple des anges de la résignation dont parle Pasolini dans un poème sur les Juifs. « Algéria » est une incantation qui appelle à « commettre la violence », une bombe placée sciemment dans la conscience des spectateurs.

 

> Au Théâtre Comœdia

Durant cette période, les espaces d’accueil du Théâtre Comœdia pourront être mis à disposition durant l’événement, notamment dans l’organisation de rencontres publiques ou de tables rondes autour des réflexions ci-dessus déjà exprimées.

Les dates des représentations font parties intégrantes des choix de programmation du théâtre.

 

Zoom

le jeudi 12 mai à 20h30

Cie 7ème Ciel – Marseille

ZOOM.jpg

Auteur : Gilles Granouillet

Mise en scène : Marie Provence

Avec : Marion Duquenne - Lucile Oza - Marie Provence

Collaboration artistique : Céline Champinot

Direction chorégraphique : Aurélien Desclozeaux

Lumières et musique : Damien Thille

Diffusion : Carine Steullet

Zoom est un focus sur une histoire étonnante entre une mère, son fils Burt et le cinéma. Un focus sur une héroïne des temps modernes, prête à tout pour sauver sa peau et celle de son fils, et qui brave les interdits et le regard des autres. Zoom est un focus sur une mise au monde un peu particulière qui prend son essence dans la projection du film « Tant qu'il y aura des hommes »...  Grinçante et burlesque, l'écriture de Gilles Granouillet jongle avec l'humour et l'émotion et tient le spectateur en haleine. Son propos nous dérange et nous questionne.  Un récit sur un fil qui se tord et se noue, servi par trois comédiennes qui incarnent cette figure maternelle.

 

SOIREE DE CLOTURE A LA MJC

SAMEDI 14 MAI 2016 A 21H

https://soundcloud.com/swan-ink/sets/swan-ink-ep-1

https://www.facebook.com/events/1616977345291708/

 

Lauréates en 2016 de la Bourse d'Aide à la création locale attribuée par la Ville d'Aubagne, Zenia Church et Marine Soleil reviennent au devant de la scène après leur aventure au sein du quartet "The Magnets" avec un nouveau projet baptisé «Swan Ink». Pour cette nouvelle page musicale, les filles sont accompagnées du bassiste Loïc Sanchez (Dissonant Nation).

Chavirant entre des mélodies pop rassurantes et des sonorités électro-rock malsaines, leur musique énigmatique tente la métaphore de l'abstraction des émotions. Lunatique, fragile et renversant, leur univers est à découvrir le 13 mai à la MJC-L’Escale en clôture de la manifestation «Place aux compagnies», une soirée qui permettra aux acteurs et au public de cet événement entièrement consacré à la création théâtrale régionale et à l’écriture contemporaine de se retrouver dans un lieu emblématique de l’aide à la création.
 

Déjà passé

Galino

Cie des Passages – Marseille

Du Nord au Sud, récit d’une expérience

RÉSIDENCE DE CRÉATION DU 18 AU 24 AVRIL

PRÉSENTATION DE TRAVAIL > 22 avril à 15h00 et 23 AVRIL À 20H00

Pas_sages.JPG

Une proposition de et avec Wilma Levy
Avec la complicité : d’Anyssa Kapelusz, dramaturgie

Et Jenny Lauro Mariani, regard extérieur
Vidéos :
Catherine Legrand
Lumières : Yann Loric

En 2014, Wilma Lévy propose un travail à deux classes de lycée, section économique et sociale : une classe du Lycée Saint-Exupéry dans les quartiers Nord de la ville, une classe du lycée Marseilleveyre dans les quartiers Sud. Cette proposition qui mêle théâtre, géographie, et espace: Du Nord au Sud et réciproquement et sera joué lors de la Biennale des écritures du réel en 2014, à la Gare Franche. Quelles perceptions avez-vous de votre quartier, de votre ville? Y percevez-vous des frontières? Comment? Lesquelles? ».

Il s’agissait de nommer des sensations et d’identifier certaines réalités géographiques et sociales de cette ville en s’appuyant sur les notions explorées dans le programme scolaire autour du territoire. Du Nord au Sud, récit d’une expérience revient sur cette proposition, en propose une analyse, pas tant sur son déroulement mais davantage sur ce qu’elle a fait émerger comme interrogations, comme évidences, comme témoignages.

A travers ce projet, l’idée était de créer une rencontre, d’offrir un espace d’échange et de partage entre ces jeunes et de les amener à co-construire ensemble une proposition artistique.
Certaines étapes du projet m’ont échappé. Il n’est pas question ici de dire si le projet était raté ou réussi, mais plutôt d’observer ce que ce projet a pu révéler et soulever comme questions. C’est pour dire ces questions que je me soumets à ce récit. Pour dire une déception de l’école, pour dire la souffrance du monde enseignant, pour dire la naïveté partagée, pour dire la sensation d’avoir été incomprise, pour dire la question sociale, pour dire les bijoux trouvés, pour dire que l’art sert peut-être à décloisonner
... Raconter cette expérience singulière permettra de dire quelque chose de l’école, de son rôle, de la place de chacun, du sentiment de trahison que l’on ressent quand point le désir d’échapper à son milieu d’origine. Wilma Levy

 

Cie Des Accès – Marseille

L’île pas si…

Spectacle tout public à partir de 8 ans

RÉSIDENCE DE CRÉATION DU 25 AVRIL AU 1ER MAI

PRÉSENTATION DE TRAVAIL > 29 AVRIL À 14H30 (scolaire) et 30 AVRIL À 20H00

Ile-pas-si_Surfeur_-distil.jpg

Metteure en scène/auteure : Sabrina Giampetrone

Assistant à la mise en scène : Yann Capron
Acteurs : Jean-Marc Fillet, Julie cardile, Nicolas Rochette

Créateurs sonores : Matthieu Pernaud
Scénographie / Lumières : Matthieu L'Haridon
Création costumes : en cours

Trois personnages sont sur un bateau, un capitaine, son apprenti marin, et une petite fille... Une quatrième comparse apparaît en filigrane, désincarnée, mais omniprésente, la mer. Ensemble ils partiront pour une épopée.
La recherche de l'Île rêvée cristallisera leur idéal.

Elle s'avèrera le lieu d'un exil sans cesse réitéré

La fable rappelle, à l'heure où la question du genre agite bien des peurs, où les obscurantismes rejaillissent, où des valeurs traditionalistes resurgissent et se radicalisent face à une société en recherche de valeurs, combien il est nécessaire de regarder la question de l'intime, par le poétique, pour pouvoir aspirer à d'autres possibles.

 

Zone&Cie – Aubagne

Mon Petit Poucet

Spectacle tout public à partir de 7 ans

RÉSIDENCE DE CRÉATION DU 2 AU 6 MAI

PRÉSENTATION DE TRAVAIL > 4 MAI à 14h30 (scolaire) et 6 MAI À 20H00

Mon_petit_poucet_visuel1.jpg

Auteur : José Pliya
Metteur en scène : Frédéric Récanzone
Direction d’acteur : Olivier Puech
Avec : Hélène Devaux et Frédéric Récanzone

Costumes / Construction : Sophie Rigaux – Méli-Mélo

Conseiller son : Sylvain Blanc
Création lumière : en cours de distribution

Comme une histoire complémentaire au Petit Poucet de Charles Perrault, José Pliya nous offre la version des parents. Ce conte suit pas à pas toute l'histoire du petit Poucet : de l'enfance à l'homme accompli, de la famine à l’abondance, de la réflexion à l'acte. Le personnage du «petit Poucet», est la figure emblématique de celui qui est petit et faible, et qui triomphe de la force brutale, il est celui qui pense autrement, celui qui est différent. Entre le temps réel de la narration et celui de l’aventure fantasmée des parents, nous voulons y voir toute l'ambiguïté des personnages, à la fois bourreaux et victimes.
Le texte de José Pliya fait le choix de donner la parole aux parents et particulièrement au père qui s'adresse au public comme s'il avait besoin des autres pour comprendre ce qu'il s'est passé.
Il raconte sa propre histoire et celle de son benjamin. C'est une aventure reconstituée. Ces bribes d'histoires, leurs sont connus grâce à leurs enfants, ou par les gens du village, ou bien de la bouche même d'enfants dans des pays en guerre ayant connu le petit Poucet.
Après une première résidence à la Distillerie en janvier, puis une seconde à la Minoterie à Dijon en avril. Nous offrirons au public une nouvelle avancée de notre création.

 

Lesgensdenface – Aubagne

Reservoir dogs

RÉSIDENCE DE CRÉATION SUR PÉRIODE DE L’ÉVÉNEMENT

PRÉSENTATION DE TRAVAIL > 7 MAI À 20H00 + un moment musical librement adapté du film.

Reservoir_dogs1.jpg

Auteur : Quentin Tarantino
Metteur en scène /Adaptation : Christophe Chave
Assistante mise en scène : Johana Giacardi
Avec : Sériba Doumbia Pascal Farré Charles Jacob Jean-Noël Lefèvre Olivier Puech Laurent de Richemond Laurent Vignaux
Scénographie : Francis Ruggirello
Musique : Sylvain Blanc
Chargé de production / diffusion : en cours
Gestion / Administration >
Archipel Nouvelle Vague

Première réalisation de Tarantino, ce film indépendant compte notamment Harvey Keitel, Tim Roth, Michael Madsen et Steve Buscemi dans sa distribution et introduit dans ses thèmes et son esthétique ce qui deviendra la marque de fabrique de Tarantino : dialogues stylisés, narration non linéaire, références à la pop culture, violence et langage vulgaire.

À la manière d’un huis clos, j’évoquerai alors un spectacle où suspense, horreur et humour sont entremêlés de façon habile pour éviter sans cesse les redondances de violence ou de narration.
Cette adaptation que je propose est un retour aux sources qui s'exerce sous le signe de la renaissance, comme un dynamitage du montage narratif choisi par l’auteur pour retourner à la chronologie logique du film. Une volonté de faire partager la folle trajectoire de chacun de ses protagonistes et que la mise en scène en devienne une jouissance communicative. Celle-ci conservera l'efficacité du film de gangsters mais se doublera d'un exercice d'esprit avec une mise en espace très pure, précise et concise à la fois pour laisser le texte, le langage agir avec la parole des acteurs inhibés par leur personnage.

Je poursuis mon travail de construction d’un théâtre qui interroge aussi sa propre représentation, son organisation. Comme dans les précédentes productions, je convoque des collectivités sexuées d’actrices et acteurs sur le plateau. Les choix des œuvres que je mets en scène contribuent à cette recherche. Cela pousse le spectateur à s’éloigner du pragmatisme de l’organisation sociétale dans lequel il évolue au quotidien. Le théâtre doit permettre cet écart à quiconque y assiste. Ce n’est pas la réalité, mais ce qui est au plateau est vrai.

C’est cette différence de vision qu’il me paraît important de développer. C’est de modifier l’idée du théâtre qui m‘intéresse, de transformer non seulement la réalité en vérité, mais aussi sa perception, son organisation et son intégrité. Il ne s’agit pas là de faire voler en éclats les dogmes et autres poncifs comme on pourrait l’entendre, puéril et sans conséquence, mais bien de défendre la convention du théâtre tout de même, sans laquelle la vérité du plateau, des acteurs, du texte serait difficile à trouver.

 

le vendredi 29 avril à 20h30

Cie Moitié Raison-Moitié Folie – Marseille

Galino.jpg

Auteur : Sabine Tamisier

Mise en scène : Nathalie Chemelny

Avec : Francis Freyburger, Mathieu Montagnat

Galino, c’est avant tout une immense histoire d’amour. L’amour, celui qu’on éprouve pour une femme, pour ses enfants, pour un pays, des montagnes. L’amour de la vie. Galino, ce sont les dernières heures d’un homme qui va mourir et qui attend que tous ses proches soient arrivés pour tirer sa révérence. Galino, c’est un voyage entre Villelaure et le plateau d’Assy. Ce voyage c’est celui de la vie de cet homme qui n’est autre que le père de l’auteure. 40 ans d’une vie remplie par l’amour de sa famille, 40 années gagnées sur la tuberculose qui avait déjà failli l’emporter. Sabine Tamisier a écrit ce beau monologue dans une langue très sensible, simple, mais d’une puissance que seul l’amour pour un père rend possible. Un texte touchant, qui ne plonge pas dans le pathos malgré la peur de la fin ultime et l’adieu aux êtres aimés. Quel chemin choisira Nathalie Chemelny, la metteure en scène, pour traduire sur scène tout cet amour ?

Pour rendre ce récit universel, pour que tout un chacun se l’approprie, se projette, mon travail avec les acteurs est d’aller chercher l’ombre, écrit-elle dans une de ses notes de mise en scène, et cette putain de peur de mourir qui nous habite tous...

 

 

A LA MJC / L’ESCALE >

Du 18 avril au 14 mai 2016.

Durant cette période, les espaces d’accueil de la MJC pourront être mis à disposition durant l’événement, notamment dans l’organisation de rencontres publiques ou de tables rondes autour des réflexions ci-dessus déjà exprimées.

Sont à l’agenda :

Une conférence de presse aura lieu le lundi 18 avril à 11h00 à La MJC L’Escale.
Ce sera l’occasion de présenter l’événement, ainsi que les différentes compagnies en résidence et en diffusion sur ce temps voué à la création théâtrale.

Des tables rondes autour des questions de la création et de l’aide à la création ou encore sur les moyens de production des lieux et des compagnies. Le thème de la diffusion sera particulièrement abordé.
Une des deux tables rondes aura lieu
le mardi 3 mai à 18h30 à La MJC L’Escale. Elle aura comme thème les nouveaux moyens de productions et de diffusions des spectacles de théâtre. Elle sera suivit d’une lecture mise en espace de la Cie Bretzel.

La seconde table ronde aura lieu sur la fin du mois d’avril (date à confirmer) autour de la thématique des lieux de création et de résidence régionaux.

Des rencontres entre artistes et public autour du spectacle vivant, entre amateurs et professionnels autour de la création, des écritures du répertoire contemporain.

La soirée du vendredi 13 mai à partir de 19h00 à L’Escale aura lieu la clôture de Place aux Compagnies et se fera en écho avec sa programmation musicale, nous permettra de se retrouver et d’échanger sur cette période qui aura fait la belle part de la création théâtrale sur notre ville.

Sur l’ensemble des lieux, des petites formes et des lectures publiques marqueront les moments forts de l’événement.

Renseignements

La Distillerie - Lieu de création théâtrale
Recherche - Essai - Création - Aide à la création

22 rue Louis Blanc - 13400 Aubagne
tél >  04 42 70 48 38 / 06 19 36 30 53
Email > la.distillerie13@free.fr